Home » Un Livre de Merde, de Montcuq, Interieur Noir Et Blanc by Stephane Ternoise
Un Livre de Merde, de Montcuq, Interieur Noir Et Blanc Stephane Ternoise

Un Livre de Merde, de Montcuq, Interieur Noir Et Blanc

Stephane Ternoise

Published January 25th 2014
ISBN : 9782365415088
Paperback
118 pages
Enter the sum

 About the Book 

Meme pour de la merde, la couleur, en papier, coute tres chere. Donc une declinaison en noir et blanc est proposee.Pour les bibliotheques les moins fortunees? Un livre dedie a la bibliotheque de Montcuq et a bien dautres structures et parasites deMoreMeme pour de la merde, la couleur, en papier, coute tres chere. Donc une declinaison en noir et blanc est proposee.Pour les bibliotheques les moins fortunees? Un livre dedie a la bibliotheque de Montcuq et a bien dautres structures et parasites de la Culture.Exite avec des photos en couleur sous le titre Un livre de merde, de Montcuq.La litterature, il la faut de Paris, de preference soumise a un groupe chapeaute par une grande fortune, ou de province mais dans les baronnies regionales... a Montcuq, faites-nous rire !Il faut donner aux gens ce quils veulent? Mettre le nez des bibliothecaires, journalistes, elus affectes a la culture, dans leurs derives?Ou alors, non? Cacher egalement cette provocation lotoise, et continuer a subventionner des groupes dont les exigences de rentabilite passent par le controle des faiseurs dopinions et des subventionneurs?Publier ce livre narrangera pas tes affaires! Il vaut mieux se taire, fermer les yeux, et flatter, plaire aux installes qui nourrissent les artistes avec des miettes tout en se partageant le gros gateau. Ecrire une ode a Aurelie F? Ou a Malvy Martin, Amigues Gerard?Dans la France de lexception culturelle, il ny a pas de place pour un ecrivain independant! Juridiquement acceptee, la profession liberale auteur-editeur subit un systeme faconne par les editeurs, pour les editeurs traditionnels (du SNE, Syndicat National pretendu de lEdition).La litterature, en fait... quasiment tout le monde sen fout.Quant aux dernieres lectrices, aux derniers lecteurs, il savere quasi impossible de leur montrer les uvres non lancees par loligarchie, le roman de la Revolution numerique par exemple... La chaine du livre, comme elle se nomme elle-meme, vise a enchainer lensemble de la filiere. Lectrices et lecteurs doivent penser acheter par choix, meme si les diverses marques appartiennent a des mastodontes tenus par des grandes fortunes de France... venerables maisons ou les chroniqueurs influents sont publies... Tout sachete!Pourtant, dans toutes les bouches pretendues humaines, tolerantes, ouvertes, ya le mot Culture.La Culture est sacree, pour les femmes et les hommes de gauche! Si si, a condition naturellement quelle permette aux notables de maintenir leur mainmise politico-culturelle.Vive la Culture!Vive les libraires, vive les editeurs...Tout se vend, quand le produit arbore un label connu, quand il figure sur les tables... De Loana (chez Pauvert, filiale de la maison Fayard, du groupe Hachette de Lagardere, egalement editeur du Marquis de Sade et Francoise Sagan) a Nabilla (Editions Prive des editions Michel Lafon, egalement editeur de Martin Malvy)Tout se vend, quand les medias sen melent. Meme lair de Montcuq, parait-il!Ainsi, comme tout homme etant mortel, Socrate etant un homme, Socrate fut mortel, un livre de merde, de Montcuq pourrait se vendre bien mieux que le roman de la Revolution Numerique.Vive Montcuq, et vive la merde. On y est, dailleurs, dedans. Ce livre ne se limite pas a quelques photos locales montrant la diversite des dejections mais regroupe des analyses sur lepoque, principalement dans le domaine culturel (donc politique).Stephane Ternoisehttp: //www.montcuq.net